Enquêtes et recherches collectives |

ANR PROCIT

MàJ : 12/10/2018

Citoyenneté et propriété au nord et au sud de la Méditerranée (XVIe-XIXe siècle)

Programme ANR : (DS0802) 2016

Coordinateur du projet : Simona CERUTTI (CRH)

Adossé à un réseau international et pluridisciplinaire constitué autour de « L’appartenance locale en Méditerranée », le projet PROCIT se propose d’explorer le thème de la citoyenneté du point de vue de la propriété et des droits qui y sont attachés ; et en privilégiant le terrain des sociétés d’époque moderne.

Ce projet entend contribuer à une recherche sur les processus d’intégration sociale ainsi que sur la nature des inégalités socio-économiques et juridiques qui en déterminent la direction, et qui, en même temps, en sont les produits. Deux choix en particulier caractérisent ce projet : celui d’affronter les dimensions connexes de la citoyenneté, de l’intégration et des inégalités à partir de la longue durée du passé des sociétés méditerranéennes (XVIe-XIXe s.) ; celui d’inscrire ces thèmes dans une perspective résolument comparative à partir de recherches menées dans les terrains européen, maghrébin, palestinien, égyptien et ottoman. Les dix-huit chercheurs qui travailleront de concert au projet PROCIT appartiennent à des institutions ancrées dans ces différents espaces et ensemble peuvent déjà se prévaloir d’une expérience commune de collaboration.
La notion de citoyenneté considérée dans ce projet ne réfère pas aux prérogatives politiques formelles dont se prévalent les ressortissants des États-nations mais à l’ensemble des droits auxquels donne accès une appartenance reconnue à une localité. Ces droits d’appartenance, dans les sociétés que nous nous proposons d’analyser, sont à l’origine d’un accès différentiel aux ressources (marché, propriété, crédit, travail, charité etc.) qui structure largement l’échelle sociale. Le terme citoyenneté renvoie ainsi à un statut dans lequel se rencontrent les droits d’accès aux ressources, la reconnaissance sociale de ces droits ainsi que la capacité de les revendiquer. Notre projet porte donc sur les processus qui, au nord et au sud de la Méditerranée, ont pu produire ce statut.

Dans ce projet, la propriété s’est révélée être une variable fondamentale et commune aux différentes sociétés. Dans les sociétés modernes, la notion de propriété renvoie à un champ sémantique vaste, ne se réduisant pas à celui de la richesse matérielle : l’accès différentiel aux droits de propriété ne dessine pas seulement des hiérarchies économiques ou des primautés symboliques, mais crée des prérogatives qui investissent plus largement les individus. Dans un large éventail de cas, la condition de “citoyen” ou de sujet d’un pouvoir central est étroitement liée à la reconnaissance de la capacité à accéder à la propriété ou à la transmettre. Dans les sociétés envisagées, le rapport aux choses crée des statuts, des relations, des liens et donne accès à des droits. Ainsi, les capacités d’exercice des droits de propriété dessinent les contours de communautés locales et, en conséquence, celles de communautés territoriales plus vastes. L’accès à la propriété, en ce sens, est une étape essentielle de tout processus d’intégration sociale.

Cette grande enquête sur la citoyenneté demande un travail comparatif très exigent. La comparaison qui y est mise en œuvre, se défiant de tout culturalisme, s’appuiera sur un empirisme raisonné et méthodologiquement averti. Elle explore une méthode originale, dont les sources sont le point d’appui. Celle-ci doit permettre de saisir des pratiques au plus près des dispositifs documentaires qui les façonnent et les donnent à voir, afin de permettre aux chercheurs de construire de façon conjointe le questionnaire et le cadre explicatif pertinents. Cette méthode appelle une coordination serrée entre les chercheurs qui se distribuent dans trois axes thématiques portant sur : les possibilités d’accès au marché ; les pratiques de création de fondations (biens « hors marché ») ; et enfin les pratiques de la transmission des biens. Chaque axe est coordonné par un duo d’historiens spécialistes de la thématique au nord et au sud de la Méditerranée, chargés d’organiser le travail comparatif.

EHESS
Cnrs

flux rss  Actualités

Autour de Roger Chartier : « La main de l'auteur et l'esprit de l'imprimeur »

lundi 07 décembre 2015

Sous la présidence de Florent Brayard, Patrick Boucheron (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), Daniel Fabre (EHESS-LAHIC) et Christian Jouhaud (EHESS-CRH) animeront le prochain Lundi du CRH autour des questions soulevées par ce livre en présence de l’auteur.

Lire la suite

Découverte des outils SIG

lundi 30 novembre 2015

Elle s’adresse à tous (enseignants, chercheurs, étudiants…), sensibilisés ou interpellés dans leurs travaux de recherches par des questions liées à l’espace, au temps autour de données thématiques quelque soient les champs d’application. Mesurer, comprendre, décider, communiquer sont les grands fondements sur lesquels reposent un SIG.

Lire la suite

Savoirs et sciences de la Renaissance à nos jours. Une lecture de longue durée : Conclusion générale de Dominiques Pestre

lundi 23 novembre 2015

Extrait : La première séance des rencontres du GEHM accueillera Dominique Pestre, directeur général des trois volumes de l’Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Seuil, octobre 2015 (vol. 1, De la Renaissance aux (...)

Lire la suite

54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : 01.49.54.25.56