Enquêtes et recherches collectives |

Morphologie

Morphologie et morphogénèse urbaine

MàJ : 14/10/2013

Morphologie

i_morphologie.jpg

Il apparaît de plus en plus clairement que toute compréhension de la réalité des objets et des événements – naturels, historiques, esthétiques – implique une analyse des processus dynamiques qui en appelle à une pensée des formes.
La continuité et la différenciation des processus historiques, les cohérences globales et locales d’une configuration, la constitution de formes perceptives nouvelles, le déploiement de structures régulières et stables dans les phénomènes, la formation d’ensembles symboliques ou esthétiques exigent le développement d’une approche morphologique. Elle permet de dépasser la vision externaliste de l’histoire, qui se limite à faire le récit a posteriori des faits et des événements plutôt que d’en saisir le sens de l’intérieur : non plus donc l’histoire des faits, mais l’histoire dans les faits.
L’hypothèse morphologique permet de concevoir la connexion profonde qui existe entre sciences humaines et sciences de la nature et de la vie. Comme la vie, l’histoire est engendrement de formes. Les formes sont des structures dont la signification doit être recherchée dans leur déploiement et leur interaction avec le milieu.
Les questions qui portent sur la nature et les mécanismes du changement et de la transformation, naturels et historiques, pourraient ainsi être renouvelées. Car, dans cette optique, l’émergence de formes nouvelles apparaît comme un processus morphogénétique de réorganisation de discontinuités locales au sein d’une évolution globale. Ces questions sont développées dans le cadre du séminaire interdisciplinaire de l’EHESS Morphodynamiques : esthétique, sciences de la nature et sciences sociales (cf. programme).

- Laboratoire de Démographie Historique - Centre d'Analyse et de Mathématique Sociales -
École Nationale Supérieure d'Architecture -

Morphologie et morphogénèse urbaine

Parallèlement, le laboratoire a récemment entrepris de développer un volet spécifique de recherche sur le thème de la « morphogenèse urbaine » en collaboration avec l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD). Il permet de mettre en relation deux des thématiques phares du Laboratoire. Dans ses dimensions spatiales, sociales et symboliques, une ville est un objet profondément complexe et mouvant. Les notions de système complexe, de morphogenèse et la recherche de représentations dynamiques adéquates peuvent être mobilisés pour étudier cette forme urbaine toujours changeante. Dans une telle perspective, plusieurs disciplines sont interpellées, tant pour la modélisation et l’analyse des éléments formels et de leur dynamique formelles que pour l’étude des interactions avec les phénomènes socio-historiques (H. Le Bras, M. Gribaudi).
Avec le soutien du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA) et de la FMSH, le groupe réuni autour de ces questions a organisé « les ateliers de morphologie EHESS-ENSAD » dont la première année d’exercice intitulée « Atelier morphogénèse et dynamiques urbaines » articulait les quatre rencontres internationales : Morphogénèse et structure – origines des concepts (13-14 fév. 2012), Territoire, paysage et formes : espace physique et espace social (2-3 avr. 2012), Continuité– discontinuité : approches dynamiques des phénomènes urbains (11-12 juin 2012) et Modéliser l’évolution urbaine: sources, approches et formalisations (22-23 oct. 2012). Un colloque-bilan est prévu en 2013 dans les locaux du PUCA, ce qui permettra de lancer d’autres initiatives.

Espace, populations, processus

De nombreux phénomènes humains présentent une extraordinaire régularité au point que certains les ont baptisés de loi : loi de Gompertz pour la croissance des risques de mortalité avec l'âge, lois gravitaires pour la fréquence des migrations selon la distance, formule de Coale-Trussell pour les taux de fécondité légitime par âge, etc. Nous pensons que ces lois manifestent des émergences, autrement dit, que des règles de comportement individuel simples combinées à une composante aléatoire s'agrègent de manière à produire une forme. La loi des erreurs de Laplace Gauss ou loi normale en fournit un exemple : sa remarquable régularité repose seulement sur la somme d'erreurs du même ordre. Nous avons mis en évidence de telles émergences dans le domaine de la fécondité (à partir de processus de Poisson), dans celui de la répartition des migrants sur un territoire donné (allocation sous contrainte aléatoire) dans la répartition spatiale de la population (modèles multifractals). Les recherches présentes portent sur des modèles d'automates cellulaires : modèles de Schelling pour la ségrégation urbaine, modèles de Conway pour les trajectoires et les rencontres, modèles de Wolfram pour les modèles de frontières. Plus généralement, on cherche à comprendre comment certaines formes émergent et se stabilisent dans la ligne de la morphogénèse et stabilité structurelle de René Thom, dans celle des modèles dissipatifs de Prigogine ainsi que dans la théorie de l'émergence de Robert Laughlin et des physiciens de la matière. Ces modèl;es intéressent les anthropologues et les linguistes qui cherchent à établir l'histoire lointaine des groupes humains et des langues dans les directions tracées par Cavalli-Sforza, Ammermann, Renfrew et Ruhlen.

Publications de la dernière année :

- Weak ties and the emergence of a migration field (colloque international de Porquerolles 2007 sur langues, migrations, origines)
- "Liens faibles et ségrégation forte" à paraître dans Identités, catégories et territoires, F. Guérin Pace et E. Filippova eds., éd. De l'Aube, 2008.

EHESS
Cnrs

flux rss  Actualités

Autour de Roger Chartier : « La main de l'auteur et l'esprit de l'imprimeur »

lundi 07 décembre 2015

Sous la présidence de Florent Brayard, Patrick Boucheron (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), Daniel Fabre (EHESS-LAHIC) et Christian Jouhaud (EHESS-CRH) animeront le prochain Lundi du CRH autour des questions soulevées par ce livre en présence de l’auteur.

Lire la suite

Découverte des outils SIG

lundi 30 novembre 2015

Elle s’adresse à tous (enseignants, chercheurs, étudiants…), sensibilisés ou interpellés dans leurs travaux de recherches par des questions liées à l’espace, au temps autour de données thématiques quelque soient les champs d’application. Mesurer, comprendre, décider, communiquer sont les grands fondements sur lesquels reposent un SIG.

Lire la suite

Savoirs et sciences de la Renaissance à nos jours. Une lecture de longue durée : Conclusion générale de Dominiques Pestre

lundi 23 novembre 2015

Extrait : La première séance des rencontres du GEHM accueillera Dominique Pestre, directeur général des trois volumes de l’Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Seuil, octobre 2015 (vol. 1, De la Renaissance aux (...)

Lire la suite

54, boulevard Raspail
75006 Paris
Tél. : 01.49.54.25.56